04/09/08 Historique et évolution du métier de ME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

04/09/08 Historique et évolution du métier de ME

Message  Aurelh38 le Sam 13 Sep - 14:03

Histoire des métiers du social


Moyen-Age / antiquité
peur de la différence, catégorisation purs/impurs, pas de différence entre les différents handicaps.

Au 12ème siècle
Ordre du Saint Esprit créé pour accueillir des enfants handicapés par le comte de Montpellier.
Une pensée de charité se met en place selon les principes de la chrétienté, la charité d’abord seigneuriale se fait populaire.

17eme – 19eme siècle Age Classique
Discours de la méthode de Descarte, esprit d’ouverture
Jean-Louis Vivès (1492-1540) parle d’éducation spécialisée

Les infirmes sont toujours enfermés sans différentiation en asile avec pour but de les mettre hors du regard de la société.

Siècle des Lumières
La notion de curabilité apparaît, éducabilité.
L’infirmité qui était de l’ordre de la charité devient l’affaire de la société.

Saint Vincent de Paul (1581-1660) crée en 1618 l’hôpital des enfants trouvés.
L’Abbé de l’Epée (1712-1789) crée l’école pour sourd, naissance de la langue des signes.
Valentin Haüy (1745-1822) : émergence de la base du Braille

19eme siècle
Siècle pragmatique et technique. Considération des personnes handicapés par la société.

Philippe Pinel (1745-1826): classification et rationalisation
Classification en quatre catégories des maladies mentales : idiotisme, manie, démence, et mélancolie
Edouard Séguin (1812-1880) : Ecole de rééducation qui mélange l’éducation et le sanitaire, naissance du médico-social.
Désiré-Magloire Bourneville (1840-1909) médecin ouvre une section particulière pour les enfants à l’hôpital. L’asile s’humanise.

1882 : école obligatoire pour tous, on découvre que certains enfants ont besoin d’une éducation adaptée, création des classes de perfectionnement (qui ne se mettront pas en place avant 1970).

Alfred Binet (1857-1911) crée le QI afin de pouvoir différencier les élèves.



Histoire du métier de Moniteur-Educateur



1830-1840 : on parle d’enfance irrégulière (enfants mendiants, prostitués, sans famille, enfants des rues) : incarcéré en prison d’adulte ou colonie agricole (maltraitance et régime dur).
Dans ces prisons il y a des surveillants qui s’occupent des enfants et des adultes de la même manière.

Développement du scoutisme, bénévolat, charité. Souci d’apporter une autre réponse à l’internat pénitentiaire.
Une loi est créée pour protéger les enfants : loi sur la violence par et sur les enfants, l’idée émerge d’une raison à la violence des enfants.

J. Viollet parle de capacités, de compétences qui seraient nécessaire à ce métier, en plus du « cœur ».

En 1927 la colonie pénitentiaire devient maison d’éducation surveillée (ou de redressement), les colons deviennent des pupilles et les surveillants deviennent des moniteurs. Mais les pratiques restent les mêmes.
En 1930 la notion d’éducation spécialisée apparaît. Des instituteurs s’occupent de l’éducation et les moniteurs sont responsable de la garde des enfants qui leur sont confiés.
Mutinerie dans la maison d’éducation surveillée de Belle-Ile en mer, ce qui suscite l’intérêt des médias.
En 1935 decret sur la protection de l’enfance, dépénalisation du vagabondage. L’administration pénitentiaire oblige l’emploi de moniteurs.
1942-1943, apparitions des Educateurs, et renouvellement de l’offre de moniteur : les premiers prennent leurs postes.
1945 ordonnance sur l’enfance délinquante , irresponsabilité pénale jusqu'à 18ans, juge des enfants, enquête sociale et observation.

Apres la Guerre :
Création des Chantiers de jeunesse car recrudescence des enfants délinquants/livrés à eux-mêmes. Ils sont encadrés par des Moniteur-éducateur provenant de l’enseignement. Ces ME ont 21-25ans et proviennent de milieux sociaux très divers.
Le besoin de ME amène la question de leur formation par l’administration pénitentiaire, elle se fera d’abord par de courts stages.

A la libération les ME retournent à la vie active car ce n’est pas encore un métier.
Dans les années 50, ME devient un métier et se professionnalise
1967 : création du diplôme d ‘Educateur Spécialisé
1977 : création du diplôme de Moniteur Educateur


Evolution des pratiques



Mai 68
La politique envahie tout les secteurs et plus sensiblement le social. Deux courants se distinguent, le courant humaniste (libération des rapports entre les Hommes) et le courant structuraliste (moins idéaliste, déterministe).

Le terme de travail social est créé pour définir une branche d’activité et amener l’idée que ces activités appartenaient au monde du travail et plus à un sacerdoce.

De 1945 à 1975 l’enfance inadaptée bénéficie de l’élan des trente Glorieuses. De gros investissement sont fait, on ne regarde alors pas à la dépense. Ce qui explique que, plus tard, les demandes de résultat et les évaluations ont été très mal accueillit par le métier.

Récession, réduction des dépenses, restructuration, de mande de résultats, utilisation au mieux des moyens disponibles. D’où l’apparition des projets d’établissement, des projets personnalisés et des évaluations qui déclenchent des mouvement d’opposition mais sont aujourd’hui bien intégrés.
Pour l’élève ME, il est important de bien s’approprier ces outils.
Travail en partenariat et réseaux sociaux plus important.

La Loi 2002 amène des évolutions. Association de l’usager à son projet, il y prend une vraie place (auparavant l’usager devait s’adapter à l’institution, aujourd’hui c’est l’institution qui doit s’adapter à l’usager). Obligation légale d’associer la famille à la prise en charge de la personne.

Aurelh38
Admin

Messages : 9
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 38
Localisation : lyon 1er

Voir le profil de l'utilisateur http://melyon.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum